Virtuel Audio

Crédits : Arte

Irrespirable, des villes au bord de l’asphyxie ?

Un documentaire de 90' réalisé par Delphine Prunault, écrit avec Valérie Rosselini et produit par Scientifilms.

Notre expertise :

Mixage / Musique

Intervenants :

Michel Magnien / Christophe Millet / Ludovic Sagnier / Virtuel audio

Jochris Gomez et Damien Salançon

Crédits : Arte

La pollution atmosphérique touche neuf urbains sur dix et tue sept millions de personnes par an dans le monde. Elle raccourcit aussi nos vies : six mois d’espérance de vie perdus à Paris, trois ans à New Delhi. Les études sanitaires sont accablantes.

Les images de la Chine et de ses épisodes d’alerte, dignes d’un « airpocalypse », nous effraient, les nuages toxiques dans la plupart des métropoles indiennes nous choquent … Mais en réalité, toutes les mégalopoles du monde sont touchées. Les intenses pics de pollution à Paris nous le rappellent chaque hiver. A différentes échelles, aucune grande ville de la planète n’y échappe, aucune n’a éradiqué cette menace.

Les responsables sont des gaz et des particules fines rejetés dans l’atmosphère par l’activité croissante des usines, du chauffage urbain, du transport routier et même de l’épandage agricole. Les sources sont multiples et les phénomènes de pics de pollution complexes car l’atmosphère est  un immense réacteur chimique.

Le film dresse d’abord un état des lieux édifiant des points chauds de la pollution de l’air sur la planète. Des zones critiques en Chine et en Inde qui exposent les populations à des risques sanitaires majeurs. Des habitants, prisonniers des émissions de gaz et de particules toxiques, mettent leur santé en danger et témoignent de leur peur et de leur colère.

Crédits : Arte

Le film met en lumière les travaux des scientifiques – des études épidémiologiques à la recherche de pointe – qui accumulent les preuves depuis une dizaine d’années. Les experts internationaux sont unanimes : l’air que nous respirons contient des polluants toxiques et cancérigènes. Les gaz et les particules fines pénètrent nos bronches, entrainent des maladies respiratoires, des cancers et des pathologies cardio vasculaires.

Bien que l’urgence sanitaire soit reconnue jusqu’au sein même de l’OMS, les gouvernements tardent à réagir. Le film pointe le manque de courage politique et enquête sur les mesures engagées et leurs limites.

Depuis 2014, le régime de Pékin a déclaré la guerre à « l’airpocalypse », en fermant notamment des usines, mais ses résultats sont encore insuffisants et  la société chinoise, lassée de suffoquer, s’éveille à la lutte environnementale. L’Inde fait face aussi à une mobilisation croissante des militants environnementaux.

Notre tour du monde se poursuit par des villes qui ont imposé des solutions depuis bien plus longtemps. Mexico, irrespirable dans les années 90, a adopté la circulation alternée. Les mexicains respirent un air de bonne qualité plus de 200 jours par an contre 8 il y a 20 ans. Mais les habitants sont lassés des sacrifices qu’on leur demande et contournent les règles grâce à la corruption très répandue dans la ville.

Crédits : Arte

Berlin respire mieux depuis qu’a été mis en place une zone environnementale qui interdit son centre-ville aux véhicules polluants. Paris veut suivre les traces du Japon et s’engage à libérer la capitale des véhicules Diesel – sauf les plus récents – dans les cinq prochaines années.

Mais aucune ville d’Europe n’interdit les voitures Diesel modernes malgré des tests anti-pollution défaillants. Le Diesel est pourtant classé cancérogène certain par l’OMS depuis 2012. Tourné avant le « Dieselgate » et la fraude Volkswagen aux tests anti-pollution, le film pointe déjà un scandale en devenir, préfigure l’urgence devant laquelle sont placés les Etats et leurs capitales.

De Paris à Mexico, de Los Angeles à Pékin, l’urgence locale se mue en une urgence globale. Les mesures des scientifiques sont indiscutables : la pollution atmosphérique n’a plus de frontières. Le nuage toxique de Pékin survole le Japon, traverse l’Océan Pacifique et atteint la côte ouest des Etats-Unis en trois à cinq jours.

Une pollution atmosphérique sans frontières et sans gendarme international. Les lanceurs d’alerte appellent à une mobilisation planétaire comme pour le climat avec des solutions globales sur nos façons de produire et de vivre dans nos villes. La lutte contre la pollution de l’air est un combat qui ne fait que commencer.

Musique catalogue :

David Kleinman
Matthieu Seignez
Christophe Dupeu
Antoine Hurault
Christophe Martel
René Mirat

Virtuel Audio Musique